Figurines Témoins de l'Histoire
 

la mort de charles de blois à auray (1364)

Figurine "Nemrod", standard 56 mm, résine. Sculpture : Philippe Gengembre. Transformations et peinture : J.-C. Colrat.
 

Suite à la mort sans héritier du duc Jean III en 1341, deux clans s'affrontèrent pendant plus de 20 ans pour la propriété du duché de Bretagne. Soutenu par le roi d'Angleterre, Jean de Montfort était le demi-frère du duc défunt. Face à lui, Charles de Blois, neveu du roi de France Philippe VI, était l'époux de Jeanne de Penthièvre, nièce du duc Jean. Tout s'acheva près d'Auray, le 29 septembre 1364. Charles de Blois est tué d'un coup d'épée à la gorge; son plus fidèle partisan, Du Guesclin, est fait prisonnier. Jean de Montfort devient duc sous le nom de Jean IV.

La représentation de la scène de la mort du prétendant français dans cette bataille laisse libre court à l'imagination de l'auteur. Rien ne dit que Bertrand Du Guesclin était au côté de Charles de Blois à cet instant... Rien ne dit que cela se passa au pied d'un oratoire sous les yeux de la Vierge Marie... Rien ne dit que Charles de Blois fut assisté dans ses derniers instants par le vicomte de Rohan... Mais tels furent mes bons plaisirs !

Charles de Blois est revêtu d'une cotte d'armes ornées des fameuses hermines de Bretagne. A son côté, son écu porte les armes de sa famille, Châtillon : de gueules à trois pals de vair sous un chef d'or. Rohan porte sept macles d'or sur champ de gueules (armes invisibles sur les photos). Du Guesclin porte son aigle bicéphale de sable brisée d'une bande de gueules (certains donnent l'aigle becquée et couronnée de gueules). La tête casquée du personnage figurant Charles d'Orléans dans la scénette originale a été remplacée par une tête négroïde de la gamme de pièces détachées Historex qui  m'a semblé pouvoir représenter parfaitement le faciès particulier de Bertrand du Guesclin

L'oratoire (inspiré de celui de saint Guirec à Ploumanac'h) et les rochers sont entièrement réalisés en pâte époxy Milliput. La Vierge est une petite statuette achetée dans un magasin d'articles religieux. Sur le sol, quelques touffes de mousse artificielle ont été repeintes avec des touches de gouache mauve et jaune pour figurer les bruyères et ajoncs, symboliques de la lande bretonne.