le Duc de Bedford

Quelques Adversaires
de la
Pucelle

Anglais

Bourguignons

Français reniés


le Duc de Bourgogne


Q
uelques Anglais :
 

Jean de LANCASTRE duc de BEDFORD (1389-1435) est le frère cadet du défunt roi d'Angleterre Henri V, nommé en 1422 régent du royaume de France pour le compte du petit roi Henri VI (né en 1421). Épouse 1° Anne de Bourgogne († 1432), fille de Jean sans Peur, 2° Jacquette fille du comte de Saint-Pol. Après les victoires de Verneuil et de Cravant, il ordonna la campagne sur la Loire et le siège d'Orléans à l'automne 1428, expédition confiée à Salisbury qui fut tué dès le début du siège. Il était, pour le parti anglais, duc d'Anjou et comte du Maine.

Armes : écartelé de France et d'Angleterre, au lambel d'argent à 2 pendants chargés chacun de 3 mouchetures d'hermine brochant sur le 1er quartier, au lambel d'azur à 3 pendants chargés chacun de 3 fleurs de lis d'or brochant sur le 2e quartier.

John TALBOT (1373-1453), d'une famille originaire de Normandie, comte de Shrewsbury, épouse 1° Maud Neville, 2° Margaret Beauchamp. Commande en chef l'armée anglaise au siège d'Orléans après la mort de Salisbury. Lève le siège le 8 mai 1429. Fait prisonnier à Patay le 18 juin 1429. Lieutenant-général d'Henri VI en Guyenne, il est tué à la bataille de Castillon le 17 juin 1453.

Armes : écartelé, aux 1 et 4 de gueules au lion d'or et à la bordure engrêlée de même, aux 2 et 3 d'argent à la bande de sable accostée de 6 merlettes de même.

William de LA POOLE dit "Guillaume La Poule", comte de SUFFOLK (1396-1450). Commandant de la place de Jargeau investie à l'automne 1428, il capitule le 12 juin 1429 et est fait prisonnier; son frère John est aussi capturé et son frère Alexander est tué. Épouse Alice Chaucer, petite-fille du poète Geoffroy Chaucer. A partir de 1447, il devient grand chambellan, amiral, duc de Suffolk et gouverne l'Angleterre au nom du faible roi Henri VI. Devenu impopulaire, il est décapité en 1450.

Armes : écartelé, aux 1 et 4 d'azur à la fasce d'or accompagnée de 3 mufles de lion allumées et lampassées de gueules, aux 2 et 3 d'argent à la bande de gueules chargée de 3 vols d'argent.

John Fastolf (1378-1459), issu d'une famille noble du Norfolk, servit en Irlande sous les ordres de Thomas de Lancastre puis en Gascogne. Capitaine de Harfleur en 1415, il combat à Azincourt. Henri V le fit gouverneur de la Bastille Saint-Antoine à Paris. Venu en renfort des assiégeants d'Orléans, il est le vainqueur de la bataille des Harengs le 12 février 1429. Il subit la défaite de Patay et y acquiert – à tort – une réputation de poltron qui est à l'origine du personnage de Falstaff de Shakespeare.

Armes : écartelé d'or et d'azur, à la bande brochant de gueules chargé de trois croisettes recroisetées d'or (alias d'argent).

William Glasdall
dit "Glassidas"

Thomas Scales
dit "Escales"

Matthew Gough
dit "Matigot"



Quelques Bourguignons :


Philippe III dit "le Bon" (1396-1467), duc de Bourgogne, de Lothier, de Brabant et de Limbourg, comte de Flandre, d'Artois, de Bourgogne palatin et de Namur, marquis du Saint-Empire, seigneur de Salins, de Malines et autres lieux. Il est le fils de Jean sans Peur, assassiné au Pont de Montereau en 1419 par les partisans du dauphin, futur Charles VII, et de Marguerite de Bavière. Épouse 1° Michèle de France(† 1422), fille de Charles VI et d'Isabeau de Bavière ; 2° Bonne d'Artois († 1425), fille de Philippe d'Artois et de Marie de Berry ; 3° Isabelle de Portugal († 1472), fille de Jean Ier de Portugal et de Philipe de Lancastre, d'où Charles le Téméraire, comte de Charolais. Allié aux roi d'Angleterre, il marie sa sœur Anne au duc de Bedford. Il négocie le traité de Troyes (1420) qui donne le royaume de France au roi d'Angleterre, puis celui d'Arras (1435) par lequel il se réconcilie avec Charles VII. Il fonde l'ordre de la Toison d'Or en 1430 à l'occasion de son mariage, à Bruges, avec Isabelle de Portugal.

Armes : écartelé ; aux 1 et 4 d'azur semé de fleurs de lis, à la bordure componé de gueules et d'argent (Bourgogne moderne ; au 2 parti, a) bandé d'or et d'azur de 6 pièces à la bordure de gueules (Bourgogne ancienne), b) de sable au lion d'or armé et lampassé de gueules (Brabant) ; au 3 parti, a) Bourgogne ancienne, b) d'argent au lion de gueules armé et lampassé d'azur, couronné d'or (Limbourg) ; sur le tout, d'or au lion de sable armé et lampassé de gueules (Flandre). Cimiers : la double fleur de lis des princes de France ou un grand duc d'or.

Jean II de Luxembourg (1385-1440), comte de Guise et de Ligny, seigneur de Beaurevoir, était le fils de Jean de Luxembourg († 1397) et de Marguerite d'Enghien, comtesse de Brienne. Au service du duc de Bourgogne, il est chargé du siège de Compiègne en 1430. C'est lui qui obtint la garde, en son château de Beaurvoir, de Jeanne d'Arc que ses troupes ont fait prisonnière à Compiègne, puis la livra au Anglais. Il refusera de signer le traité d'Arras qui consacrait en 1435 la réconciliation de la France et de la Bourgogne. Charles VII était sur le point de monter une opération contre lui quand il mourut en 1441. Il avait épousé en 1418 Jeanne de Béthune († 1449), fille de Robert de Béthune, vicomte de Meaux.

Armes : d'argent au lion de gueules à la queue fourchée, armé et lampassé d'azur, couronné d'or, au lambel d'azur brochant. Cimier : un dragon d'argent allumé et langué de gueules issant d'un cuveau d'argent.

Baudot de Noyelles  († 1468), seigneur de Noyelles-Wion et du Casteau, conseiller et chambellan de Philippe le Bon. C'est lui qui commandait les troupes bourguignonnes auxquelles s'attaqua Jeanne d'Arc à Compiègne, au sein desquelles se trouvait la compagnie du bâtard de Wandonne dont un archer désarçonna l'héroïne. Chevalier de la Toison d'Or en 1433. Marié à Marie de Hangest.

Armes : de gueules à 3 jumelles d'argent, brisé en chef d'un lambel d'argent . Cimier : une tête de dogue d'argent dans un vol de même.

Jean de VILLIERS de l'Isle-Adam (1384-1437) fut fait prisonnier par les Anglais au siège d'Harfleur en 1415, puis s’engagea dans la faction du duc de Bourgogne et participa en 1418 à la prise de Paris par celui-ci qui le créa maréchal de France. Conseiller et chambellan de Philippe le Bon, il fut nommé en 1429 gouverneur de Paris qu'il défendit contre l'armée royale au sein de laquelle Jeanne d'Arc fut blessée. Il fut promu chevalier de la Toison d'Or. Revenu au service de Charles VII il conserva sa charge de maréchal de France et ramena Paris à l’obéissance du roi en 1436 avec l'aide du connétable de Richemont. Ayant accompagné le duc de Bourgogne à Bruges, il y fut tué au cours d’un soulèvement populaire en mai 1437. Marié à Jeanne de Vadengoviart.

Armes : d'or au  chef d'azur chargé d'un dextrochère d'hermine au fanon de même pendant sur le tout. Cimier : une tête de coq d'argent crêté, barbé et becqué de gueules.
 



Q
uelques Français Reniés :
 

Pierre CAUCHON (1371-1442), né à Reims, universitaire parisien, licencié en droit canonique, docteur en théologie, fut nommé en 1403 recteur de l'université de Paris et devint l'un des conseillers de Jean sans Peur dès 1409. Évêque de Beauvais de 1420 à 1432 (puis de Lisieux de 1432 à1442),  il se réfugie à Rouen en raison de l'avance des troupes de Charles VII dans son diocèse de Beauvais. Jeanne d'Arc ayant été prise dans ce diocèse et transférée à Rouen, c'est donc Cauchon qui est très normalement chargé de présider le tribunal qui va  la juger et la condamner. En 1435, il prend part au concile de Bâle. Il meurt à Rouen en 1442.

Armes : d'azur à la fasce d'argent accompagnée de 3 coquilles d'or.

Perrinet Gressart († v. 1438), vraisemblablement originaire du Poitou, est un capitaine de routiers qui se signala en 1417 en capturant et mettant à rançon Louis de Bourbon. Il s'établit en Nivernais, passant au service du roi d'Angleterre, devenant capitaine des importantes places de La Charité et de Saint-Pierre-le-Moûtier qui contrôlaient le haut cours de la Loire, frontière entre le duché de Bourgogne et le royaume de Bourges. C'est là que l'affrontera Jeanne d'Arc en novembre et décembre 1429. Il a épousé en 1424 Huguette de Corvol, fille de Jean de Corvol seigneur de Tremblay et Isenay.

Armes : une fasce accompagnée de 3 quintefeuilles (peut-être d'azur sur champ d'or).