Armoiries d'André de Laval

(Principales sources: fragments de sceaux [BnF], armorial du héraut Berry)


André de Laval, Seigneur de Lohéac.

 

Nom : André de LAVAL dit André de LOHÉAC.

: vers 1410.

Mort : le 29 décembre 1485 à Laval (Mayenne).

Titres nobiliaires : seigneur de Lohéac (Ille-et-Vilaine) et de Rais (Loire-Atlantique).

Offices civils et militaires : chevalier (1423), amiral de France (1437), maréchal de France (1439), capitaine d’Avranches (1453), lieutenant-général de Paris, puis de Picardie (1471-1472), de Champagne et de Brie (1476), capitaine de Neufchâtel et de Sainte-Menehould (1476), et de Pontoise (1481).

Père : Jean de Montfort († 1415), seigneur de Kergolay, devenu Guy XIII de Laval par mariage.

Mère : Anne de Laval († 1465).

Aïeux paternels : Raoul de Montfort et Jeanne de Kergolay.

Aïeux maternels : Guy XI de Laval († 1412) et Jeanne de Laval-Tinténiac († 1437).

Épouse : Marie de Laval, dame de Rais (fille de Gilles de Rais et veuve de l’amiral de Coëtivy).

Descendance : sans postérité.

Armoiries : d’or à la croix de gueules chargée de cinq coquilles d’argent et cantonnée de seize alérions d’azur, au lambel brochant en chef d’argent à trois pendants chargés chacun de deux mouchetures d’hermine

Cimier : un lion de gueules lampassé d’or assis dans un vol d’hermine. Tortil d’or et de gueules, lambrequins d’hermine doublés de gueules.

Présence au côté de Jeanne d'Arc à : Jargeau, Meung, Beaugency et Patay Reims Paris.

Commentaires : Frère cadet de Guy comte de Laval, André de Laval épousa Marie, portant aussi le nom de Laval, dame de Rais. Elle était la fille de Gilles de Rais et la veuve de l'amiral de Coëtivy. La terre de Lohéac, nom sous lequel André de Laval entrera dans l'histoire, provenait des barons de La Roche-Bernard, le dernier étant, par alliance avec l'unique héritière de ces titres, Raoul VIII de Montfort († 1394).

André de Laval avait été armé chevalier au combat de Gravelle, en 1423. En 1428, il fut fait prisonnier au siège de Laval. Il paya sa rançon et rejoignit l'armée du duc d'Alençon, avec son frère, après le siège d'Orléans. Il participa dès lors à tous les combats qui suivirent : Jargeau, Meung, Beaugency et Patay, à la marche sur Reims, et au siège de Paris.

En 1437, il est fait amiral de France en remplacement de Louis de Culant. Puis il se démit de sa charge pour devenir maréchal de France en 1439, en remplacement de Rochefort, décédé. Il reçut le commandement de l'une des premières compagnies d'ordonnance de gens d'armes créées en 1445.

Le maréchal de Lohéac commandait l'avant-garde en Guyenne en 1442. Il s'empara de Tartas, Saint-Sever, Dax, La Réole et Marmande. En 1442, il investit le comté d'Armagnac et celui du Comminges en 1443. Il participa à la libération de la Normandie où nous le retrouvons cité dans les principaux combats : Coutances, Saint-Lô, Carentan, Cherbourg, Valognes, Caen. Il est naturellement l'un des artisans de la grande victoire de Formigny, le 18 avril 1450, et devint capitaine de Renneville six jours plus tard. Revenu en Guyenne sous les ordres de Dunois, il prend Bayonne en 1452. Avec Jacques de Chabannes, il battit Talbot à Castillon, le 17 juillet 1453, et prit Saint-Émilion, Libourne et Lormont, face à Bordeaux qui capitula le 17 octobre. Cette même année 1453, il fut nommé capitaine d'Avranches.

André de Lohéac avait trop participé à la gloire de Charles VII : il est destitué de sa dignité de maréchal de France par la rancune de Louis XI, le 3 août 1461. Mais il est rétabli dans son office le 29 octobre 1465, en même temps que dans l'amiralat en remplacement de Jean de Bueil, tombé à son tour en disgrâce. Il présente ainsi un cas rare de cumul de ces deux charges. Il reçut la lieutenance-générale du gouvernement de Paris, puis celle de Picardie en 1471-1472. A ce titre il défendit Beauvais en 1472 avec une autre héroïne de l'histoire de France, Jeanne Hachette. Il mourut le 29 décembre 1485, sans postérité.