Armoiries de Georges de La Trémoïlle

(Principales sources: sceau de 1409, armorial du héraut Gelre, armorial Lalaing)

 

Château de Sully-sur-Loire (Loiret)
photo © J.-C. Colrat


G
eorges de La Trémoïlle, Grand Chambellan du Roi.

 

Nom : Georges de LA TRÉMOÏLLE.

: en 1385.

Mort : le 6 mai 1446 à Sully-sur-Loire (Loiret).

Titres nobiliaires : comte de Guînes (Pas-de-Calais), de Boulogne (Boulogne-sur-Mer, Pas-de-Calais) et d'Auvergne, vicomte de Thouars (Deux-Sèvres), seigneur de Sully (Loiret), de Jonvelle (Haute-Saône) et de Craon (Mayenne).

Offices civils et militaires : grand chambellan du roi (1427), grand maître des eaux et forêts de France (1413), capitaine de Compiègne (1429).

Père : Guy VI de La Trémoïlle († 1398).

Mère : Marie de Sully, dame de Craon d'Orval.

Aïeuls paternels : Guy V de La Trémoïlle et Radegonde Guénand.

Aïeuls maternels : Louis de Sully († 1381) et Isabeau de Craon († 1393).

Épouses : 1° 1416 Jeanne († 1422), comtesse d'Auvergne, de Boulogne et de Comminges (veuve de Jean de Berry) ; 2° 1425 Catherine de l'Ile-Bouchard († 1474) (veuve de Pierre de Giac).

Descendance : Louis I de La Trémoïlle (épouse Marguerite d'Amboise) et Louise de La Trémoïlle (épouse Bertrand de La Tour d'Auvergne).

Armoiries : écartelé, aux 1 et 4 d'or au chevron de gueules accompagné de trois aiglettes d'azur becquées et membrées de gueules (La Trémoïlle), aux 2 et 3 d'argent à l'aigle bicéphale de gueules becquée et membrée d'azur (Jonvelle).

Cimier : une tête d'aigle d'azur becquée d'or, surmontée d'une plume de gueules. Tortil d'or et de gueules, lambrequins d'azur, doublures d'or.

Présence au côté de Jeanne d'Arc à : Chinon, Reims (pair laïc), Montépilloy.

Commentaires : Curieux "compagnon" que Georges de La Trémoïlle... mais il participa effectivement à l'épopée johannique! Ce personnage trouble est le deuxième fils de Guy VI de La Trémoïlle († 1398), porte-oriflamme de France et chambellan du duc de Bourgogne, blessé à la bataille de Nicopolis en 1396, mort dans l'île de Rhodes où il est transporté. Son fils aîné, Guy VII, meurt deux ans plus tard faisant de Georges le chef de famille.

Georges de La Trémoïlle (prononcez La Trémouille) épousa en 1416 la veuve de Jean de Berry, Jeanne († 1422), comtesse d'Auvergne, de Boulogne et de Comminges, puis en 1425 Catherine de l'Ile-Bouchard († 1474) dont il eut quatre enfants. Celle-ci était la veuve de Pierre de Giac, favori de Charles VII, lequel avait été assassiné par Richemont avec la bénédiction de La Trémoïlle. Celui-ci s'empressa de devenir à son tour le favori du monarque.

Il est fait prisonnier à Azincourt mais est rapidement libéré. Fait grand chambellan du roi en 1427, il eut un grand ascendant sur le roi et le paralysa dans son action politique. Il était un ardent partisan de l'alliance avec les Bourguignons, en raison de ses origines et de ses parentés. Avec son compère Regnault de Chartres, Georges de La Trémoïlle tenta de s'opposer aux partisans de Jeanne d'Arc.

Son haut rang fait de Georges de La Trémoïlle l'un des six pairs laïcs au sacre de Charles VII. Plus à l'aise dans les antichambres que sur les champs de bataille, le grand chambellan n'a combattu qu'une fois au côté de Jeanne, le 15 août 1429, à Montépilloy. Il fut désarçonné et manqua d'être pris. Il devint gouverneur de la ville de Compiègne, où il plaça Guillaume de Flavy comme capitaine.

Soupçonné de trahison, il fit l'objet d'une tentative d'assassinat à Chinon, en juin 1433, par Jean de Bueil, Pierre de Brézé et Prigent de Coëtivy. Il se démit de toutes ses fonctions, renonça à toute tentative de gouvernement, se retira en son château de Sully. Du fond de sa retraite, il suscita la révolte de la noblesse connue sous le nom de Praguerie menée par ses féaux Pons et La Roche.

Georges de La Trémoïlle mourut le 6 mai 1446. Il fut inhumé dans l'église du château de Sully.