Armoiries d'Étienne de Vignolles

(Principales sources: sceaux de 1424 et 1440, armorial du héraut Berry, "Sceaux gascons" par La Plagne-Barris)


Étienne de Vignolles dit La Hire.

 

Nom : Étienne de VIGNOLLES.

Surnom : La Hire.

: vers 1380 à Préchacq (Préchacq-les-Bains, Landes)

Mort : le 11 janvier 1443 à Montauban (Tarn-et-Garonne).

Titres nobiliaires : seigneur de Montmorillon (Vienne) et châtelain de Longueville (Seine-Maritime).

Offices civils et militaires : capitaine de Vitry-en-Perthois en 1424, capitaine de Vendôme en 1428, écuyer d'écurie du roi et bailli du Vermandois en juillet 1429, capitaine-général de la Normandie.

Père : Johan de Vignolles.

Épouse : en 1437 Marguerite de David, demoiselle de Droisy (fille Henry David, seigneur de Longueval, et de Jeanne de Lisac).

Descendance : sans (héritier son beau-frère Bernard de Juillac, époux de Catherine de Vignolles).

Armoiries : de sable à trois grappes de vigne d'argent posées 2 et 1, chaque grappe accompagnée d'une feuille.

Nota : La famille de Vignolles porte généralement un cep de vigne fruité de 3 pièces; le sceau de La Hire montre 3 grappes avec une feuille; les sceaux de ses plus jeunes frères portent les grappes sans feuille; les marquis de Vignolles dits La Hire auront ensuite, par alliance au XVIe siècle, un écartelé, 1 et 4 d’azur au paon rouant d’or qui est Saint-Paul de Ricaut, 2 et 3 de sable au cep de vigne d’argent qui est Vignolles (écartelé qui est trop souvent donné par erreur et anachronisme à "notre" La Hire...)

Cimier : un vol d'argent à l'intérieur de sable ; tortil d'argent et de sable, avec des lambrequins de sable doublés d'argent.

Présence au côté de Jeanne d'Arc à : Orléans, Jargeau, Meung, Beaugency, Patay, Reims, Paris.

Commentaires : Étienne de Vignolles, plus connu sous son surnom de "La Hire", se rallia au dauphin en 1418, se joignant à Poton de Xaintrailles dont il deviendra presque inséparable. Leur premier exploit commun se situe à la défense de Crépy, en 1419, puis ils se signalent à la défense de Coucy, la puissante forteresse du duc d'Orléans. La Hire est blessé à Baugé, en 1421, non pas à la bataille mais par la chute d'une cheminée dans une auberge. Il restera boiteux.

La Hire arrive à Orléans le 25 octobre 1428, à la tête d'une compagnie comprenant vingt et un hommes d'armes, six archers et... un trompette, selon la précision du trésorier des guerres du roi. En novembre, il est dépêché vers Charles VII pour lui rendre compte de la situation difficile de la ville. Il revient le 24 janvier 1429 à la tête d'une troupe de renfort de cent quatre-vingts hommes. Il se retire le 18 février, après avoir couvert la retraite lors de la " journée des harengs ". Le 29 avril 1429, il entre dans Orléans au côté de Jeanne la Pucelle. Sa compagnie compte alors quatre-vingts hommes d'armes et soixante hommes de traits. Le 6 mai, il passe la Loire avec Jeanne et attaque avec elle, lance au poing, les Anglais qui défendent la bastille des Augustins. Fidèle compagnon de la Pucelle, il participa ensuite aux combats de Jargeau, Meung, Beaugency. Il est aussi à la bataille de Patay et au siège de Paris.

Il combattra ensuite particulièrement en Normandie, jusqu'à la reconquête de celle-ci. Ses efforts sont récompensés par le titre de capitaine-général de la Normandie, la terre de Montmorillon et la châtellenie de Longueville. Malgré tous ces honneurs, il fut l'un des chefs des "écorcheurs". Comme les "grandes compagnies" avaient été envoyées en Espagne sous le commandement de Du Guesclin, les "écorcheurs" sont expédiés, sous la férule du dauphin Louis, en Allemagne, au prétexte de défendre la cause du pape Eugène IV. Cela donna l'occasion à La Hire de ravager l'Alsace...

La Hire mourut à Montauban le 11 janvier 1443, lors de la campagne de Guyenne. Il fut inhumé en l'abbaye de la Maison-Dieu, à Montmorillon. Son gisant sera saccagé en 1562 par des Huguenots venus d'Orléans...

On prétend le plus souvent que son surnom signifie soit la ire, la colère, soit la hyr, le grognement du chien. Mais Étienne de Vignolles était propriétaire d'un petit bois de taillis appelé "la Hitte" dont il prit le nom et qui, par un vice de prononciation, a pu devenir "la Hire". Ce nom sera donné au valet de cœur des jeux de cartes à partir du XVIIe siècle.