Armoiries de Charles II d'Albret

(Principales sources : sceau de 1435, armorial Lalaing, armorial du héraut Berry, armorial du héraut Navarre)


Charles d'Albret, Vicomte de Tartas
.

 

Nom : Charles II d’ALBRET (alias Labret ou Lebret).
 

: en 1407.


Mort : en 1471.
 

Titres nobiliaires : Comte de Dreux (Eure-et-Loir), vicomte de Tartas (Landes), seigneur d'Orval, de Saint-Amand-Montrond, de Bois-Belle – actuel Henrichemont –  et de La Chapelle-d'Angillon (Cher).
 

Offices civils et militaires : Membre du conseil du roi (1425), lieutenant général du roi en Berry (1430).
 

Père : Charles Ier d'Albret, connétable de France († Azincourt 1415).
 

Mère : Marie de Sully.


Aïeuls paternels : Arnaud-Amanieu d'Albret et Marguerite de Bourbon.

Aïeuls maternels : Louis de Sully et Isabeau de Craon.

Épouse : Anne d'Armagnac (fille de Bernard VII comte d'Armagnac, connétable de France, et de Bonne de Berry).

Descendance : Jean de Tartas († 1468), Charles d'Albret († 1473), Amanieu d'Orval († 1463).

Armoiries : écartelé, aux 1 et 4 d'azur à trois fleurs de lis d'or (France), aux 2 et 3 de gueules plain (Albret).

Cimier : une tête de Midas de sable, tortillée d'argent ; tortil de gueules et d'argent ; lambrequins de gueules doublés d'argent.

Présence au côté de Jeanne d'Arc à : Orléans, Jargeau, Meung, Beaugency, Patay, Reims.

Commentaires : Puissante famille de Guyenne, originaire du pays de Lebret – ou pays des lièvres – situé en plein cœur des landes de Gascogne, vassaux des souverains anglais (ducs d'Aquitaine), les d'Albret se rallièrent au roi de France Charles V par Arnaud-Amanieu d'Albret qui épousa Marguerite de Bourbon, sœur de la reine Jeanne de Bourbon.

Charles II d'Albret (que les textes contemporains appellent aussi Labret ou Lebret) est le petit-fils d'Arnaud-Amanieu et le fils de Charles Ier d'Albret, connétable de France, tué à la désastreuse bataille d'Azincourt (1415) où il commandait l'armée royale. Par sa mère, Marie de Sully, il est le demi-frère du grand chambellan Georges de La Trémoïlle. Charles d'Albret épousa Anne d'Armagnac, fille de Bernard VII comte d'Armagnac, également connétable, et de Bonne de Berry.

Charles d'Albret arriva le 24 janvier 1429 à Orléans et participa à toutes les actions pour la levée du siège de la ville, avec l'armée royale. Il combattit également à Jargeau, Meung, Beaugency et Patay, en juin 1429. Au sacre de Reims, en raison de la disgrâce du connétable de Richemont, c'est Charles d'Albret, lui-même fils et gendre de connétable, qui tint l'épée royale à lame gravée de fleurs de lis.

En octobre 1429, Charles d'Albret fut nommé lieutenant général pour l'expédition, avec Jeanne, contre Saint-Pierre-le-Moûtier, puis contre La Charité-sur-Loire. Ces deux places constituaient d'importants verrous entre le territoire français et le territoire bourguignon. Il s'agissait, en les faisant sauter, de réaliser une jonction avec les territoires déjà libérés au nord de la Seine lors de la campagne du sacre. Hélas, si Saint-Pierre-le-Moûtier se rendit au roi, l'armée royale, en effectif insuffisant, échoua devant la défense de La Charité par Perrinet Gressart, capitaine français à la solde de l'Angleterre.

Le 12 février 1430, Charles d'Albret fut nommé lieutenant général du roi en Berry. En 1434, il participa aux préliminaires de la réconciliation du roi de France et du duc de Bourgogne, consacrée par le traité d'Arras de 1435. Lors de la campagne de Guyenne, en 1451, il reconquit ses terres gasconnes, avec l'aide de Xaintrailles.